logo lycée
EMILAND GAUTHEY

 

 

Le grand bâtisseur Bourguignon

Emiland Marie GAUTHEY voit le jour à Chalon-sur-Saône le 3 décembre 1732, fils unique de Pierre GAUTHEY médecin, qui porte le titre honorifique de "conseiller du Roi et son médecin de bailliage de Chalon" et de Jeanne Lafouge son épouse. Sa maison natale, aujourd'hui disparue, se situerait de nos jours au numéro 17 de la rue Gloriette. La famille GAUTHEY appartient à la bourgeoisie mais ne dispose ni d'une fortune, ni d'un patrimoine conséquents. Elle jouit d'une honorable réputation et possède une propriété dans la côte viticole chalonnaise à Bissey-sous-Cruchaud. De 1740 à Emiland Gauthey1748, le jeune Emiland fait de brillantes études jusqu'à l'obtention du baccalauréat, au Collège des Jésuites de Chalon, érigé sur les lieux mêmes du Lycée qui prendra son nom en 1993. Orphelin de père à l'âge de 16 ans, Emiland GAUTHEY pour continuer ses études vient vivre à Versailles auprès d'un oncle, professeur de mathématiques à l'Ecole des pages du Roi. De 1 749 à 1 758, il acquiert une double formation d'excellence. Il devient architecte auprès de Gabriel Dumont, prix de Rome, un des maîtres du temps au faîte de sa notoriété, puis ingénieur à l'Ecole des Ponts et Chaussées, la plus ancienne de nos écoles d'ingénieurs, fondée en 1747 et dirigée alors par Jean-Rodolphe Perronet, ingénieur de renom. Il noue avec un autre élève, le futur grand architecte Germain Soufflot, une amitié fidèle qui durera toute la vie. De retour dans sa province, Emiland GAUTHEy Le canal du centrecommence une carrière qui

 

 

 

 

le mènera aux plus hautes fonctions et responsabilités :
Sous-Ingénieur des Etats de Bourgogne en résidence à Chalon (1758), Ingénieur en Chef des Etats de Bourgogne (1782) et Directeur général des canaux de Bourgogne (1 783). Cet homme de génie à la puissance de travail prodigieuse, à l'énergie et à la ténacité inépuisables, doté d'une intuition qui lui permet de prévoir l'avenir avec clairvoyance, animé d'un "désir ardent d'être utile au pays" nous donne une œuvre bâtie considérable qui fait de lui l'architecte et l'ingénieur le plus présent dans le patrimoine et dans l'histoire de la Bourgogne. Le Canal du Centre, le grand pont de Navilly ; à Givry : l'église, l'hôtel de ville, la fontaine des dauphins ; l'hôtel de ville de Tournus ; l'église de Barizey ; une partie du Palais des Ducs de Dijon ; le clocher de Pommard ; à Chalon-sur-Saône : l'Obélisque, les quais de la Saône, le théâtre, l'hôtel de Colmon-Fusselet, l'ancien pont Saint-Laurent, le pont des Chavannes, à

l'hôpital : le dôme de la chapelle, la pharmacie, autant de monuments et de constructions qui portent son nom, illustrent son style néoclassique élégant et raffiné et témoignent d'une maîtrise qui se joue des pires contraintes et difficultés techniques.
Comme Directeur des canaux de Bourgogne, Emiland GAUTHEY conduit conjointement le creusement du Canal de Bourgogne, du Canal de Franche-Comté de Saint-Jean-de-Losne à Dole et du Canal du Centre, son œuvre maîtresse. Etant arrivé, au terme de 16 ans de luttes, à faire triompher son projet, avec le Canal du Centre (1783- 1791) "le plus grand ouvrage de travaux publics du 18ème siècle", Emiland GAUTHEY réalise la première liaison fluviale Manche- Méditerranée. Père de la Saône-et-Loire moderne en ouvrant la voie au développement du bassin minier de Montceau-les- Mines, Le Creusot et à la grande industrie, il change le destin de son département et de sa ville natale où il impose l'aboutissement de son canal. Précurseur très en avance sur son temps, il applique à la conception, à l'organisation et au suivi des travaux, des méthodes d'organisation rationnelle comparables à ce qui sera, près d'un siècle après lui, l'organisation scientifique du travail de Taylor puis le Bureau des Méthodes. Emiland GAUTHEY un des plus éminents théoriciens français de la construction spécialement en matière de voûtes, de canaux, de ponts, laisse aussi une œuvre écrite d'exception. En particulier son monumental "Traité de la construction des ponts " a formé des générations d'ingénieurs et reste fondamental, inégalé à ce jour. Humaniste aux multiples centres d'intérêts, " honnête homme " au sens du 18ème siècle, GAUTHEY étonne par son " Essai sur la langue philosophique " (1774) où il invente une langue artificielle et universelle mettant au point des signes qui font irrésistiblement penser à la sténographie et à l'écriture abrégée... Près d'un siècle avant Delaunay, il avait créé une langue et une sténographie prêtes à fonctionner. .. Honneurs et distinctions émérites viennent couronner Emiland GAUTHEY. Nommé Inspecteur Général des Ponts et Chaussées en 1791 au moment de la création du corps. Napoléon 1er le décore de la Légion d'Honneur lors de la première remise des insignes de l'ordre en 1804. Il meurt le 14 juillet 1806 mais son lieu de sépulture, vraisemblablement situé à Paris, reste toujours inconnu à ce jour.

Marie-Thérèse G1RARDI
Professeur-Documentaliste Honoraire
du Lycée Emiland Gauthey

Pour une présentation plus approfondie, il convient de se reporter au livre de Marie-Thérèse GIRARDI " Emiland GAUTHEY (1732-1806) - Le grand bâtisseur bourguignon " publié en 1995 par le Lycée Emiland GAUTHEY. disponible auprès des bibliothèques de Bourgogne et au C.D.I.

 

Retour sommaire