logo lycée

 

 

 

 

 

 

DEFIBRILLATEUR

 

L'établissement est équipé d' un DAE. Celui-ci se trouve à l’accueil du lycée Emiland Gauthey. Un DAE est un défibrillateur automatisé externe. Un défibrillateur est employé pour administrer une décharge électrique appelé défibrillation sur une personne en arrêt cardiaque afin de resynchroniser l'activité électrique du cœur. Le DAE est composé de deux électrodes à placer sur le thorax du patient et d'un ordinateur à l'intérieur du défibrillateur qui analyse le rythme cardiaque du patient via les électrodes. L'ordinateur détermine si un choc est recommandé pour sauver la victime.
Si un choc est nécessaire, le défibrillateur enverra des impulsions électriques automatiquement après s’être assuré que personne ne touche le patient pendant la délivrance du choc.

Qu’est ce qu’un arrêt cardiaque ?

Un arrêt cardiaque est dû à un dysfonctionnement de l'activité électrique du coeur, le plus fréquemment associé à un rythme cardiaque anormal appelé fibrillation ventriculaire. Les impulsions électriques du coeur deviennent chaotiques, les cellules musculaires ne sont plus synchronisées, cela provoque l'arrêt soudain de la fonction de pompe du coeur. La victime s'effondre et perd très rapidement connaissance, la plupart du temps sans alerte préalable. Le seul moyen pour remédier à cela est alors la défibrillation. 1 minute perdue = 10% de chance de survie en moins.
Défibrillateur

Dans une statistique citée par le ministère, on apprend que les accidents cardio-respiratoires entraînent 50.000 décès annuels, beaucoup survenant à domicile ou dans un lieu public, 70 % se produisant devant des témoins qui ne savent pas les gestes qui sauvent. Le DAE est utile lorsqu’il y a fibrillation ventriculaire, soit 40 % des cas. Le British Médical Journal citait, en 2002, une étude écossaise indiquant que les survies significatives après arrêt cardiaque résultent soit de la défibrillation effectuée par le premier secouriste professionnel sur les lieux, soit de la ressuscitation cardio-pulmonaire effectuée par un témoin.

Une formation est tout de même nécessaire pour distinguer un arrêt cardiaque d’un malaise. Vingt personnes et soixante-cinq élèves de l'établissement ont suivi la formation PSC1 (prévention et secours physique de niveau 1) l'an dernier. Cette année, trente-cinq personnes ont suivi une formation dispensée par Virginie Barbero (infirmière) et Laurent Dion (professeur d'EPS) pour utiliser au mieux le DAE afin d’intervenir plus rapidement. Une liste de ces personnes est consultable à l'accueil de l'établissement.